Your 78 response(s)

Previous | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78
 Respondent: - Anonymous -

Auto-évaluation : la biosécurité au rucher

[No canvas support]     [No canvas support]
Section - Anonymous - All participants
La formation en apiculture 85% 75%
Emplacement du rucher 40% 43%
Constitution du cheptel 58% 52%
Matériel et hygiène 94% 74%
Nourrir ses colonies 100% 92%
Les visites au rucher 75% 78%
Les cires 78% 81%
La gestion des hausses 81% 78%
Miel et miellerie 51% 58%
La lutte contre le varroa 73% 75%

Feedback Report

INFORMATIONS GENERALES

Question #1

1

Response is required
Response is required
68
Question #2

2

Response is required
Response is required
69
Question #3

3

Response is required
Response is required
: Entre 1 et 10 ruches
Question #4

4

Response is required
Response is required

Pratiquez vous l'apiculture :

Conventionnelle
Biologique 
Les deux 
Question #5

5

Response is required
Response is required

Pratiquez vous la transhumance ?

Oui 
Non

LA FORMATION EN APICULTURE

Il est fondamental de se former pour devenir apiculteur et ainsi pouvoir élever des colonies d'abeilles tant pour la production de miel que pour le renouvellement de son cheptel.

Fiche pratique : La formation en apiculture

Question #6

6

Response is required
Response is required

Comment vous êtes-vous formé ?

Rucher-école
Transmission entre apiculteurs
Autodidacte (livres, revues, internet...)
Question #7

7

Response is required
Response is required

Continuez-vous à vous former régulièrement ?

Oui
Non 
Question #8

8

rucher-école
Question #9

9

Response is required
Response is required

Selon vous, vous maîtrisez les sujets suivants :

Pas du tout Très peu Plutôt bien Très bien
La réglementation (implantation, NAPI, registre d'élevage, déclaration...) : 
La réglementation en apiculture biologique : 
La réglementation sur la vente des produits de la ruche : 
Le matériel apicole : 
Les écotypes d'abeilles et leurs biologies : 
Reconnaitre les différentes castes d'abeilles : 
Reconnaître le comportement des abeilles : 
La biologie, le cycle de vie de la ruche : 
Les besoins alimentaires de la colonie : 
La visite du rucher : 
Comment se protéger et prévenir les accidents : 
Les risques liés au organismes nuisibles (varroa, loque, frelon, virus...) : 
Les traitements vétérinaires et leurs bonnes utilisations : 

EMPLACEMENT DU RUCHER

L’emplacement de votre rucher est déterminant pour la santé, la productivité et l’hivernage de vos colonies. Il doit prendre en compte les besoins de l’abeille et les objectifs de l’apiculteur : production de miel, de gelée royale, pollinisation, hivernage, élevage…

Fiche pratique : Emplacement du rucher

Question #10

10

Response is required
Response is required

Evaluer l'environnement de votre rucher :

Oui Non Je ne sais pas
Votre rucher est-il situé à proximité d'une industrie des substances toxiques ou du sucre ? 
Votre rucher est-il situé à proximité de grands axes routiers ? 
Vos colonies disposent-elle d'un point d'eau sain à proximité du rucher ? 
Vos colonies disposent-elles de ressources de pollen, de nectar et/ou de miellat, saines, diversifiées et abondantes toute l'année ? 
L'environnement direct autour de votre rucher est-il calme, dégagé et facilement accessible ? 
Question #11

11

Response is required
Response is required

Evaluer l'organisation de votre rucher :

Oui Non Je ne sais pas
Si possible, vos ruches sont-elles orientées sud/sud-est ? 
Vos ruches sont-elles protégées des vents dominants ? 
Vos ruches sont-elles alignées ? 
Vos ruches sont-elles posées en hauteur, sur un support stable, solide et bien aéré ? 
Question #12

12

Response is required
Response is required

Evaluer votre respect de la réglementation et des relations humaines :

Oui Non Je ne sais pas
Respectez-vous la réglementation concernant l’implantation des ruchers ? 
Déclarez-vous vos ruchers ? 
Vos ruchers sont-ils identifiés avec votre NAPI ? 
Avez-vous connaissance des ruchers présents dans le voisinage ? 
Connaissez-vous l'état sanitaire des ruchers voisins ? 

LA CONSTITUTION DE VOTRE CHEPTEL

La constitution de votre cheptel apicole passe par l’acquisition de colonies, la création d’essaims artificiels ou encore par la récupération d’essaims naturels. Dans tous les cas, la constitution d’un nouveau cheptel apicole doit prendre en compte la biosécurité afin de, disposer de colonies en bonne santé et de ne pas contribuer à la propagation d’organismes nuisibles à l’intérieur ou à l’extérieur de son rucher.

Fiche pratique : La constitution du cheptel

Question #13

13

Response is required
Response is required

Evaluez la constitution de votre cheptel :

Non concerné par cette pratique Non Oui Parfois
Privilégiez-vous les colonies provenant d'écotype, de race ou de souche adaptées aux conditions climatiques de votre région ? 
Demandez-vous un certificat vétérinaire établissant le bon état sanitaire de la colonie avant tout achat ? 
Prenez-vous le temps de constater vous-même le bon état sanitaire des futures colonies que vous allez acquérir ? 
Placez-vous les essaims sauvages récupérés dans un rucher de quarantaine ? 
Elevez-vous des essaims artificiels pour (re)constituer votre cheptel ? 
Tenez-vous compte de la réglementation en vigueur, en cas d’importation de colonies et/ou de reines ? 

LE MATERIEL ET L'HYGIENE DE VOTRE RUCHER

Fiche conseil : L'hygiène au rucher

Le matériel

Les abeilles s'adapteront à peu près à n'importe quel type de ruche, mais une standardisation du matériel de votre rucher vous facilitera le travail. Votre choix dépendra de vos pratiques, de vos objectifs, de vos moyens et de votre condition physique.


Question #14

14

Response is required
Response is required

Quel type de ruche utilisez-vous ?

Bois
Plastique
Polystyrène
Paille
Terre cuite
Autres
Question #15

15

Response is required
Response is required

Utilisez vous des ruches :

Avec cadres (Dadant, Voirnot, Hoffmann...)
Sans cadre (Warré, Kényane, tronc, paille...)
Question #16

16

Response is required
Response is required

Estimez vous que le matériel que vous utilisez est adapté à votre usage ?

Oui
Non 

L'hygiène de votre rucher

Afin de ne pas exposer les abeilles et les produits de la ruche aux risques sanitaires, tout apiculteur doit maitriser les bonnes méthodes de désinfection du matériel lors de ses diverses interventions au rucher. Attention, les procédés de traitement du matériel doivent avoir un agrément pour un contact alimentaire et respecter les normes de l'apiculture biologique le cas échant.

Question #17

17

Response is required
Response is required

Evaluer la bonne hygiène de votre matériel :

Jamais Parfois Souvent Toujours
Protégez-vous vos ruches des dégradations liées à l’usure, l’humidité et les organismes pouvant porter atteinte à l'intégrité de la ruche ? 
Détruisez-vous le matériel vétuste ou en mauvais état ? 
Utilisez-vous des produits adaptés et non toxiques pour traiter, nettoyer et désinfecter votre matériel ? 
Traitez-vous l'intérieur des ruches ? 
Stockez-vous votre matériel hors de portée des rongeurs ? 
Nettoyez-vous le matériel avant toute action de désinfection ? 
Désinfectez-vous le matériel provenant de colonies transvasées ou mortes ? 
Désinfectez-vous tout le matériel d’occasion de provenance inconnue avant son utilisation ? 
Passez-vous le lève cadre à la flamme avant chaque intervention ? 
Désinfectez-vous le plancher de la ruche à l'entrée et à la sortie d'hivernage ? 
Désinfectez-vous régulièrement votre tenue d'apiculteur ? 

La désinfection du matériel apicole

Les connaissances scientifiques et médicales évoluent au fil du temps et amènent à écarter certaines méthodes et produits en raison de leur nocivité sur la santé humaine et celle des abeilles.

Question #18

18

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à la flamme ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #19

19

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous au four ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #20

20

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à l'ébullition ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #21

21

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à l'eau chaude sous pression (Kärcher) ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #22

22

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous aux rayons ultraviolets (UV) ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #23

23

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous aux rayons ionisants ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #24

24

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à la cire microcristalline ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #25

25

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à l'eau de Javel ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #26

26

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à la soude caustique ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #27

27

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous à l'acide acétique ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé
Question #28

28

Response is required
Response is required

Quel type de matériel désinfectez-vous au dioxyde de soufre ?

Bois
Métaux
Plastique
Tissus
Cires
Non utilisé

NOURRIR SES COLONIES

Habituellement, une colonie sait gérer ses réserves de miel et n’a pas besoin d’être nourrie. C’est évidemment sans compter sur les conditions climatiques difficiles, les maladies qui peuvent affecter la production de la ruche et/ou l’intervention de l’apiculteur qui peut prélever une partie de la production et laisser la ruche en déficit. Il convient alors de renforcer la colonie en lui apportant une source de nourriture ponctuelle au printemps ou au début de l'automne.

Fiche pratique : Nourrir ses colonies

Question #29

29

Response is required
Response is required

Evaluez vos pratiques de nourrissement.

jamais parfois souvent toujours
Les nourrisseurs sont nettoyés avant chaque utilisation. 
Les actions favorisant les échanges entre le produit de nourrissement et le miel de la ruche sont évitées. 
La qualité du nourrissement correspond aux objectifs zootechniques (hivernage, stimulation, secours...). 
Les interventions de nourrissement sont scrupuleusement notées sur le cahier sanitaire d'élevage. 
Le miel d'origine inconnue est évité. 
Le miel provenant d'une autre ruche est écarté en cas de suspicion de maladie (ex : loque). 
La nourriture frelatée/dénaturée/périmée est évitée. 

LES VISITES SANITAIRES DU RUCHER

La visite des colonies permet la surveillance et le suivi sanitaire du rucher. Elle s'impose à minima deux fois par an : au printemps et en fin de saison, avant la mise en hivernage. SI toute intervention perturbe la colonie dans son fonctionnement : température, hydrométrie, organisation du nid à couvain... les bénéfices sont supérieurs aux perturbations engendrées par la visite.

Fiche pratique : la visite sanitaire du rucher

Question #30

30

Response is required
Response is required

Evaluez vos visites de rucher :

Jamais Parfois Souvent Toujours Si nécessaire
Les visites se font lorsque les températures extérieures sont favorables : 
Un minimum de deux contrôles sanitaires par an sont faits, à l'entrée et à la sortie d'hivernage : 
Observation de l'état physique de la ruche (agressions extérieures) : 
Vérification de la présence de déjections : 
Observation de l'activité (entrées-sorties) à l'entrée de la ruche : 
Observation de l'état des abeilles (rampantes, tremblantes, dépilées...) à l'entrée de la ruche : 
Vérification de l'odeur de la ruche (aigre, moisi, vinaigrée, putréfiée...) : 
Vérification de l'état des cadres : 
Estimation des réserves de miel et de pollen : 
Estimation de l'état du couvain : 
Un vétérinaire apicole est contacté si des symptômes sont constatés : 

LA GESTION DES CIRES

Le renouvellement des cires est un enjeu important pour la santé de votre cheptel. Il permet d'éviter l'accumulation de spores ( loque américaine,  nosémose, couvain plâtré... ) et des pesticides, de garantir des produits de la ruche de qualité, exempts de résidus toxiques.

Fiche pratique : la gestion des cires

Question #31

31

Response is required
Response is required

Evaluer votre gestion des cires :

Jamais Parfois Souvent Toujours
Renouvelez-vous les cires noires et moisies ? 
Renouvelez-vous chaque année 2 ou 3 cadres du corps de ruche, en commençant par les plus anciens ? 
Remplacez-vous les cires gaufrées mal construites ? 
Assurez-vous la traçabilité et la gestion différentielle des cires, en distinguant les cadres, année par année ? 
Mettez-vous en place une rotation des cadres évitant la perturbation du couvain ? 
Utilisez-vous des cires d'origine connue ? 
Limitez-vous l’imprégnation des cires par les résidus de médicaments vétérinaires en respectant les préconisations d'utilisation ? 
Détruisez-vous les cires pour lesquelles des problèmes sanitaires ont été constatés ? 
Stockez-vous les feuilles de cire (ou les cadres cirés) dans un endroit propre, aéré, et hors de portée des ravageurs ? 
Inscrivez-vous toutes interventions sur les cires dans votre registre sanitaire d'élevage ? 

LA GESTION DES HAUSSES

Une bonne gestion des hausses permet d'éviter les risques de contamination du miel au cours des opérations de récolte, d’extraction du miel et de préserver les cires des organismes nuisibles.

Fiche pratique : la gestion des hausses

La gestion des hausses en période d'hivernage.

Question #32

32

Response is required
Response is required

Evaluez votre gestion des hausses durant l'hivernage :

Jamais Parfois Souvent Toujours
Evitez-vous de stocker les cadres contenant du pollen ? 
Stocker-vous les hausses dans un endroit bien aéré pour éviter les ravageurs ? 
Empilez-vous les hausses ? 
Chaque hausse et chaque cadre sont-ils identifiés comme appartement à un seul corps de ruche ? 

La gestion des hausses durant la récolte.

Question #33

33

Response is required
Response is required

Evaluez votre gestion des hausses durant la récolte :

Jamais Parfois Souvent Toujours Non concerné
Evitez-vous de les poser les hausses sur le sol ? 
Si vous possédez plusieurs ruchers, procédez-vous à des extractions rucher par rucher ? 
Si vous utilisez une miellerie collective, vous assurez vous que tous les apiculteurs observent les mêmes règles d'hygiène et sécurité ? 
Faites-vous lécher les hausses sur leur corps d'origine ou, à défaut, dans leur rucher d'origine ? 

LE MIEL ET LA MIELLERIE

La miellerie est le lieu d’extraction, de travail et de conditionnement du miel, le lieu de préparation du pollen, le laboratoire de gelée royale et leur lieu de stockage. La miellerie est un lieu stratégique en matière de biosécurité.

L'hygiène et la sécurité de ces locaux sont primordiales pour la sécurité alimentaire des produits de la ruche et leur conservation. Il est indispensable d’y assurer une traçabilité des produits.

Fiche pratique : le miel et la miellerie

Question #34

34

Response is required
Response is required
garage
Question #35

35

Response is required
Response is required

Evaluez votre miellerie :

Jamais Parfois Souvent Toujours Non concerné
Les locaux et le matériel sont-ils régulièrement nettoyés et désinfectés ? 
Inscrivez-vous toutes les actions de nettoyage dans un cahier de nettoyage ? 
Utilisez-vous des matériaux et des produits aptes au contact alimentaire ? 
Respectez-vous le principe de la marche en avant des produits ? 
Réalisez-vous des autos contrôles de qualité, pour rechercher des substances non souhaitées (hygrométrie) ? 
Déshumidifiez-vous les miels provenant de cadres non operculés ? 
Les pots sont-ils étiquetés selon la réglementation en vigueur ? 
Assurez-vous la traçabilité de vos lots de miel ? 
Inscrivez-vous toutes actions entreprises dans un registre de miellerie ? 

LA LUTTE CONTRE LE VARROA

Le varroa est un parasite qui provoque un affaiblissement physique et immunitaire de vos colonies, en se nourrissant des corps gras des lymphes et des abeilles et en leur transmettant divers virus. Faire baisser la pression du varroa sur les colonies est impératif. Un plan sanitaire d’élevage (PSE) a été mis en place dans chaque département pour aider les apiculteurs à lutter collectivement contre le varroa.

Fiche pratique : lutter contre le varroa

Evaluer l'infestation des colonies par Varroa.

Question #36

36

Response is required
Response is required

Pour évaluer une infestation de varroa vous :

Jamais Parfois Souvent Toujours
Vérifiez que vos colonies ne présentent aucun symptôme de la varroose à chaque visite ? 
Réalisez un comptage avant et après traitement sur une partie de vos ruches ? 

Ralentir l’infestation à l’aide des techniques de lutte alternatives.

Question #37

37

Response is required
Response is required

Mettez-vous en place des techniques de lutte alternative pour soulager vos colonies ?

(Plusieurs réponses possible. Note : ces techniques ralentissent l’infestation de varroa, mais ne remplacent pas les traitements conventionnels. De plus, elles nécessitent une bonne connaissance et une bonne maîtrise apicole, en particulier en ce qui concerne le cycle de développement du couvain)

Piégeage des varroas dans le couvain mâle.
Constitution d’essaims avec rupture de ponte.
Encagement de la reine.
Hyperthermie.
Autres.
Aucune.

Limiter la ré-infestation des colonies par Varroa.

Question #38

38

Response is required
Response is required

Pour limiter la ré-infestation de vos colonies vous :

Limitez la dérive entre vos ruches.
Évitez le pillage entre colonies.
Travaillez avec des abeilles possédant une bonne résistance au varroa.
Introduisez les essaims d’origine inconnue avec précaution.
Autre.
Rien de tout ça.

Traiter contre le varroa.

Question #39

39

Response is required
Response is required

Evaluer vos pratiques de traitement contre le varroa :

Jamais Parfois Souvent Toujours
Traitez-vous vos colonies avec des traitements ayant une AMM ? 
Vous assurez-vous de suivre scrupuleusement la notice des traitements utilisés ? 
Portez-vous des protections adaptées à chaque traitements ? (gants imperméables, lunettes de protection, masque à cartouche…) 
Informez-vous votre vétérinaire ou votre GDSA en cas de symptômes indésirables, sur vos colonies ou vous-même suite à l’utilisation d’un traitement ? 
Avertissez-vous votre vétérinaire ou votre GDSA en cas d’inefficacité d’un traitement ? 
Respectez-vous la durée et la période des différents traitements ? 
Traitez-vous en présence de hausses ? 
Rapportez-vous vos lanières usagées à votre vétérinaire, votre pharmacien ou à votre GDSA ? 
Notez-vous scrupuleusement dans votre registre sanitaire d’élevage les traitements administrés ? 
Previous | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78